Micro-algues alimentaires : zoom sur la chlorella

Depuis plusieurs années, les micro-algues alimentaires fleurissent sur les étals des pharmacies et magasins spécialisés. Si la plus connue d’entre elles est la spiruline, il en existe d’autres. Vocation Santé vous présente la chlorella (ou chlorelle) à l’aide de Pascal Caussimon, préparateur en pharmacie et phyto coach.

Les micro-algues : quèsaco ?

Les micro-algues sont des organismes unicellulaires – composés d’une seule cellule – à la base de la chaîne alimentaire aquatique, dont la taille ne dépasse pas quelques centaines de micromètres. Elles ne peuvent donc être observées qu’au microscope. Les micro-algues ont la capacité de produire de l’énergie et de l’oxygène en utilisant la lumière du soleil et le dioxyde de carbone : c’est ce que l’on appelle la photosynthèse. « De par leur extraordinaire biodiversité – de 40 000 à 70 000 espèces – et leur grande faculté d’adaptation, elles sont présentes sur l’ensemble des surfaces du globe : des océans aux glaces arctiques, en passant par les lacs hypersalés, les neiges éternelles, les forêts humides et les murs de nos maisons.»1 Une vingtaine d’espèces de micro-algues est cultivée aujourd’hui à des fins de valorisation. En France, trois espèces sont utilisées pour une consommation humaine sans transformation : la spiruline, la chlorella et l’odontella. Grâce à leurs propriétés nutritionnelles, ces micro-algues ont été classées parmi les « superaliments » (« aliments riches en nutriments, considérés comme particulièrement bénéfiques en termes de santé et de bien-être », Oxford English Dictionary).

Recherches en cours

« La nourriture que nous absorbons tous les jours doit être considérée en tout premier lieu comme un médicament à part entière, explique Pascal Caussimon, phyto coach. La Chlorella pyrenoidosa rejoint parfaitement cette certitude. » Depuis sa découverte, la chlorella intéresse fortement les scientifiques. De nombreuses études ont donc porté sur le sujet. Si les résultats sont globalement encourageants, des études complémentaires sont en cours ou à venir pour les confirmer ou non.

La chlorella, oui, mais de bonne qualité !

« Il existe sur le marché des chlorelles provenant de pays où les normes de sécurité sont insuffisantes eu égard à la législation européenne. La chlorella faisant preuve d’une grande affinité pour les métaux lourds – c’est ce qui fait un de ses intérêts majeurs –, elle est très souvent contaminée et impropre à la consommation.»2 « Il est très important que le public consomme et accède à la meilleure qualité de Chlorella pyrenoidosa », insiste Pascal Caussimon.

  1. Bougaran G, Saint-Jean B. Microalgues : de petits végétaux aux grandes promesses ! Biofutur 2014 ; 360 : 28-31.
  2. Dr Christophe Girardin Andréani. Cours Dumenat phyto-aromathérapie ; faculté de médecine Paris XIII 2010-2011.

« Que ton aliment soit ton médicament » Hippocrate

Interview : Pascal Caussimon, préparateur en pharmacie et phyto coach

Qu’est-ce que la chlorella ?

Pascal Caussimon : La chlorella est une micro- algue verte d’eau douce découverte en 1890 par le biologiste hollandais Beyerinck. Elle est cultivée à des fins nutritionnelles depuis 1955 et est actuellement produite à différents endroits du globe (Asie, Europe, etc.). Il en existe plusieurs variétés, dont la meilleure est la Chlorella pyrenoidosa, car elle contient tous les nutriments nécessaires à une alimentation saine. Elle peut être consommée sous forme de poudre, de comprimés ou encore de gélules.

Qu’est-ce qui différencie la chlorella des compléments alimentaires habituels ?

P. C. : Le principal intérêt de la chlorella réside dans son formidable apport nutritif naturel. La Chlorella pyrenoidosa est un réel aliment contenant naturellement des acides aminés essentiels, des acides gras saturés et insaturés, une grande quantité de vitamines, minéraux et oligo-éléments, de la chlorophylle en forte concentration, etc. Ce n’est pas un produit industriel ou chimique et il n’entraîne pas de risque de surdosage à long terme.

Pourquoi consommer de la chlorella ?

P. C. : La consommation quotidienne de Chlorella pyrenoidosa apporte à l’organisme les substances (souvent déficitaires) dont il a besoin pour fonctionner de manière optimale : protéines, minéraux, vitamines, etc. Au Japon, elle est ainsi utilisée par quatre millions de personnes qui en consomment plus de mille tonnes et demie par an. Le gouvernement japonais l’a même classée comme « aliment d’intérêt national ».

Qu’est-ce que la sporopolléine ?

P. C. : La chlorella possède une membrane fibreuse, appelée sporopolléine, qui fixe de façon irréversible les métaux lourds, les pesticides et autres produits toxiques. N’étant pas digérée par l’organisme, elle en assure ensuite le rejet par les voies naturelles. La spiruline, pour ne citer qu’elle, ne possède pas cette faculté.

La chlorella contient-elle de la chlorophylle ?

P. C. : La Chlorella pyrenoidosa contient une forte concentration de chlorophylle, capteur de lumière solaire qui apporte notamment de l’oxygène aux tissus (par photosynthèse). La chlorophylle aide par ailleurs à maintenir l’équilibre acido-basique de l’organisme, menacé par l’alimentation moderne – importante consommation d’aliments riches en protéines ou industrialisés –, qui favorise une trop forte acidification. Un autre bienfait de la chlorophylle est l’assainissement de la flore intestinale.

Qu’est-ce que le Chlorella Growth Factor ?

P. C. : La chlorella se reproduit par division cellulaire. Cette division est extrêmement rapide grâce à la présence du Chlorella Growth Factor (facteur de croissance de la chlorella). Ce facteur, unique à la chlorella, favorise la régénération de nos propres cellules, stimule nos défenses immunitaires et notre résistance.

De la chlorella pour tous ?

P. C. : La Chlorella pyrenoidosa convient à tous. Comme elle contient 60 % de protéines – contre 25 % pour la viande et 30 % pour le soja –, du fer assimilable et de la vitamine B12, elle est particulièrement adaptée aux régimes végétariens. De nombreux sportifs en consomment également. Enfin, vous pouvez en donner à vos animaux domestiques, chez qui elle augmente, entre autres, la résistance aux maladies. Il existe peu de contre-indications (allergies, traitement anticoagulant, hémochromatose) et d’effets secondaires, mais il est évidemment important de respecter les recommandations de votre médecin ou de votre pharmacien.

Pour en savoir plus : www.phytocoach.com

par Marine Rognone

Comments are closed.